14 août : Livinhac – La Cassagnole

26 km transformé en 30 km.

Levée à 5h30, petit déjeuner seul, Nathalie la propriétaire du gite arrive.

Je fais mon sac comme tous les jours et je n’arrive pas à decoller. Je ne me sens pas bien. Nathalie s’en aperçoit et elle vient avec moi, me réconforter. Je finis par partir à 7 heures. Pas de problèmes particulier. Je passe Montredon, je m’arrête à Bord pour le pique ni que et une petite sieste. Je ne retrouve pas Sylvie que j’avais doublée le matin et qui m’avait faire son Chemin de la douleur. Moi c’est ma déprime qui m’est remontée en pleine face.

Je continue et décide de prendre le raccourcis pour aller à mon gite et donc de ne pas passer par Figeac.

Je finis par me paumée complètement, il fait chaud, très chaud. Je me retrouve près d’un Leclerc mais moi je ne le suis pas. Un GIFI alors je m’arrête et me demande ce que jifi là😁et appelle Jésus. Non je n’ai pas viré catho mais c’est le prénom de mon hôte.

Il me guide mais je ne comprends pas bien et me retrouve dans les poubelles du Leclerc, je ne la refais pas.

Finalement après encore une communication avec Jésus et une aide d’une charmante dame je me retrouve sur la bonne route.

Du soleil, du goudron et maintenant des rond-point. J’ai soif, je pourrai faire des oeufs durs dans mon eau.

Après quelques aller retours des coups de téléphone, je suis à 1km du gite sur la bonne route. J’ai trop soir et je vais dans une maison demander de l’eau. Je deviens de plus en plus pèlerin. Un charmant jeune-homme, ce qui ne gate rien, m’en donne. Ouf je me desaltére.

5 mn après ‘j’arrive chez Jésus et je ne suis pas mort, juste fatigué.

Je prends la pension complète et d’une avec une dame qui marche avec son petit-fils de 8 ans.

Un grand dortoir, et tout le monde au lit.

30 km, super raccourcis comme je les aime, font que je m’endors de suite.

 

 

Laisser un commentaire